Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelles perspectives pour l'emploi des informaticiens en 2010 ?

10 Décembre 2009 , Rédigé par Sandrine Publié dans #Ressources humaines

Dans indexel

 
Par Antoine Robin 
Emploi-informaticiens-2010

Face à la crise, tous les métiers de l'informatique ne sont pas logés à la même enseigne. Décryptage des tendances de fond qui influenceront l'emploi des informaticiens au cours des prochains mois.

 

Selon la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), le chômage des informaticiens a augmenté de 48 % entre septembre 2008 et septembre 2009, contre 25 % pour le reste de la population active. Malgré une année 2009 calamiteuse, le cabinet d'analyses IDC table cependant sur 5,8 millions d'emplois créés dans la profession entre 2009 et 2013, au niveau mondial. En France, 2010 devrait être une année atone avec 20 000 recrutements qui compenseront à peine les suppressions d'emploi. Toutes les professions et classes d'âge ne seront cependant pas logées à la même enseigne.

Des pilotes pour le système d'information

Depuis quelques années déjà, "les directions informatiques se réorganisent pour coller aux différents processus métiers et à la stratégie de l'entreprise", constate Frédéric Lau, directeur de la mission ressources humaines au sein du Club informatique des grandes entreprises françaises (Cigref). Conséquences ? "Si l'on a toujours besoin de compétences pointues en informatique, les fonctions les plus recherchées sont de plus en plus tirées vers le management du système d'information" indique-t-il. Les doubles profils informatique-management s'en sortiront donc mieux en 2010. Les architectes d'entreprise et les urbanistes ont, par exemple, le vent en poupe car ils sont les garants de l'agilité du système d'information. Comme il n'existe pas encore de formation, "ce sont des profils rares que les DSI conservent précieusement", note Frédéric Lau.

Compétences juridiques recherchées !

Frédéric LauL'intérêt marqué pour le SaaS (Software as a Service), le cloud computing et plus généralement toutes les formes d'externalisation, va pousser les directions informatiques à mieux encadrer leurs sous-traitants. Des métiers émergeants comme le "manager de contrats" devraient donc se faire une place dans les directions informatiques en 2010. D'autant que l'évolution du cadre juridique et le développement de certaines technologies comme la dématérialisation nécessitent des compétences juridiques de plus en plus pointues. "Les managers et chefs de projets devront avoir de plus en plus de compétences juridiques ou se les adjoindre au niveau de la DSI", constate Frédéric Lau (photo).

 

Vers une externalisation plus raisonnée

Après un fort engouement pour l'offshore, les entreprises se rendent progressivement compte qu'il n'est pas toujours rentable, à terme, d'externaliser certaines fonctions du système d'information à l'autre bout du monde. La lourdeur de l'encadrement nécessaire absorbe les gains réalisés sur une main d'œuvre bon marché. "On sait désormais qu'il ne faut pas externaliser à tout va. Le simple facteur de réduction des coûts ne suffit pas", confirme Frédéric Lau. Un constat corroboré par le Munci (association professionnelle des informaticiens). La crise amène donc en même temps à l'externalisation de certaines fonctionnalités du système d'information... et à une ré-internalisation sélective de certaines compétences. Avec l'émergence du Green IT, les DSI vont à nouveau avoir besoin de bons développeurs, capables d'optimiser les logiciels maison qui s'exécutent sur les postes de travail et sur les serveurs de l'entreprise.

 

Le développement durable va créer des emplois

Les grands enjeux de société – notamment la crise environnementale – s'infiltrent jusque dans les directions informatiques qui cherchent à réduire leur empreinte écologique. De la virtualisation à la gestion des déchets électroniques (DEEE) en passant par les économies d'énergie, la réduction des volumes d'impression, ou l'achat de matériel éco-responsable, de nouvelles compétences environnementales sont désormais nécessaires à toutes les strates du système d'information. Elles permettent à la fois de contenir les budgets en améliorant la productivité des infrastructures existantes, d'anticiper les contraintes réglementaires à venir, tout en fidélisant les jeunes collaborateurs.

 

En conséquence, la plupart des grandes entreprises devraient créer un poste "Green IT" au sein de leur DSI dans les mois à venir. La direction informatique devra également déployer les outils de mesure et de suivi des indicateurs du développement durable, notamment la mesure des émissions de CO2 pour calculer l'impact de la contribution climat énergie (taxe carbone) qui entrera en vigueur l'année prochaine. Les DSI manquant cruellement de compétences dans ces domaines, les jeunes diplômés à la double compétence informatique et développement durable devraient bien tirer leur épingle du jeu en 2010.

Un boom des seniors et des handicapés ?

Les entreprises n'ont plus que quelques jours pour adopter un "plan senior". Celles qui n'auront pas agi dans les temps devront payer une contribution équivalente à 1 % de leur masse salariale. D'autre part, le non respect de la loi de 2005, dite Loi Handicap pourra atteindre 13 000 euros, soit 1 500 fois le Smic horaire. Ces deux pressions réglementaires devraient accélérer les recrutements des informaticiens seniors et handicapés. D'ailleurs, les DSI ont tout à y gagner. "Jusqu'à présent, les seniors étaient cantonnés à une tâche bien déterminée. Or, nos études internes montrent qu'ils sont souvent très compétents dans d'autres domaines. Et, contrairement aux idées reçues, l'attrait pour l'innovation réunit les baby-boomers et la génération internet", indique Frédéric Lau.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article