Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Que nous prépare le Web 3.0 ?

21 Octobre 2009 , Rédigé par Sandrine Publié dans #networkings

01net -

Buzzword, utopie, évolution ou révolution humanitaire ? Les nouvelles générations du Web, avant même d'exister, prêtent déjà à controverse. Plusieurs directions se dessinent : Webs sémantique ou symbiotique, ubiquitaire, temps réel, 3D, Internet des objets

Le Web 2.0 fait une entrée timide dans les entreprises et voilà qu'on annonce le 3.0. Que se cache-t-il derrière cette nouvelle version ? Un buzzword marketing ? Une utopie technologique ? La continuité ou la rupture ? Essayer de définir le 3.0, c'est mettre en avant les lacunes et les failles du web actuel, ses aspects déjà obsolètes, mais c'est aussi tenter de déchiffrer, dans la cacophonie des promesses, les conséquences pour nos environnements professionnels et privés de ses futures évolutions.

Dans l'industrie du logiciel, un numéro de version correspond à la configuration d'un produit à un instant t. Le Web, par essence, est en mouvement permanent, en version bêta perpétuelle. Les standards avancent à petits pas, les innovations jaillissent de toutes parts, de nouveaux usages naissent chaque jour, les acteurs émergent et disparaissent aussi vite. L'idée de versions successives applicables aux technologies web est apparue en 2004. C'est le Web 2.0.

Le succès du 2.0 : blogs et réseaux sociaux…

Cette version 2 du Web désigne de manière consensuelle les interfaces et les applications permettant aux utilisateurs d'interagir avec le contenu des pages mais aussi entre eux : c'est celui qu'on peut éditer, centré sur les communautés, fait de blogs, de médias sociaux, d'XML, de flux RSS, d'applications Web… Ses figures emblématiques sont Wikipedia et Google. La version 1.0 du Web, l'« ancien », se composait de pages disponibles en lecture seule et était centré sur les sociétés (pages d'accueil, portails, HTML, formulaires Web). Le suffixe 2.0 apparu ensuite, s'il est un concept marketing, s'est appliqué à tout ce qui contient du collaboratif et du social. Très controversé au départ, il est finalement entré dans les mœurs, au point de se voir décliner dans d'autres domaines : l'entreprise, les RH…

Alors, de quoi sera fait le Web 3.0 ? On peut d'ores et déjà annoncer qu'il recouvre des futurs possibles, des directions, des réflexions. Selon que l'on se place dans une dynamique professionnelle ou sociale, et que l'on se projette plus ou moins loin dans le futur, on peut distinguer plusieurs courants concernant la topographie des discours sur cette troisième version : les entrepreneurs (ceux qui agissent, créent, cherchent à coller à l'innovation, à définir la norme), les experts (les chercheurs et les consultants, avec leur capacité d'influence et leur sens de l'observation), les apôtres (leurs blogs font le buzz), les génies tutélaires (les pionniers d'internet, les précurseurs, les sages et les leaders), les prophètes des derniers jours (notre identité est une marchandise, le pire des mondes est possible), enfin le courant Humanité 2.0 (pour qui l'internet est une nouvelle étape du développement de la race humaine, avec le web 5.0 et au-delà !).

Bien que tout le monde ne soit pas d'accord sur la définition du web 3.0, c'est pourtant ce terme que nous allons utiliser pour désigner de manière générique toutes ses évolutions. Ce dossier, qui s'appuie sur l'étude “ Panorama web 3.0 ”, réalisée par Franck Magnin, de Valtech Agency, passera en revue les principales directions : le web sémantique, celui des données, le symbiotique, l'ubiquitaire, l'internet des objets, les web 3D et Web OS, le cloud computing, le temps réel, l'identité numérique, l'éthique… Si ces évolutions semblent partir dans tous les sens, elles ne sont pas forcément incompatibles, bien au contraire. Bienvenue dans le web de demain.

Topographie des discours sur le Web 3.0

Pour Franck Magnin, de Valtech Agency, “ pendant que certains débattent d'une cosmogonie de l'ère numérique et du nouvel humanisme du web, les autres, de façon plus prosaïque, cherchent à se repérer sur la carte de la cité pour bâtir une "maison" dans les meilleurs quartiers ou pour ouvrir une boutique dans les rues commerçantes ”.

la suite de l'article : ICI

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article