Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quatre réseaux sociaux, pour recruter la perle rare

15 Octobre 2009 , Rédigé par Sandrine Publié dans #networkings

l'entreprise

LinkedIn, Viadeo, Xing, Facebook... Les réseaux sociaux sont devenus des viviers de recrutement et des outils de recrutement. Passage en revue.

Capucine Cousin | LEntreprise.com | Mis en ligne le 14/10/2009
 

On le sait, les réseaux sociaux s’imposent comme canal de recrutement à part entière. Lentement mais sûrement, avec en tête les réseaux à vocation professionnelle, comme l'américain LinkedIn, l'allemand Xing, ou encore le Français Viadeo.

Leur avantage : ils sont destinés exclusivement à des usages professionnels, de recrutement ou de cooptation, avec souvent une couverture internationale. Et permettent donc aux recruteurs de rechercher des profils variés, notamment dans les pays où ils envisagent de s’implanter. Comment les utiliser au mieux ? Pour cibler qui ? Quid de Facebook ? Réponses.

LinkedIn : réseau social 'pro' très international

LinkedIn est le réseau social professionnel le plus important : initialement en anglais, en version française depuis novembre 2008, il revendique 43 millions d'utilisateurs dans le monde, dont 11 millions en Europe.

- Zones d’implantation : Europe (a lancé ses versions espagnole et allemande), Europe du Nord

- Ses usages : encore peu utilisé en France, il permet aux employeurs d'y diffuser des offres d'emplois. Il a même ouvert en mars 2008 des pages de profils de sociétés, qui peuvent s'y présenter. Ces pages privées (il faut être inscrit pour y accéder) retirent des informations de CapitalIQ, une filiale de Business Week, telles que la description de la société, le type d'industrie, ou les adresses.

« C’est le réseau idéal pour les cadres supérieurs, ou les expatriés. Il est très international, puisque initialement en anglais », souligne Bertrand Duperrin, blogueur et consultant en réseaux sociaux chez BlueKiwi.

Viadeo : le petit français

Viadeo (ex-Viaduc) : plus connu des services RH français, le réseau co-fondé en 2004 par Dan Serfaty assure compte 16 millions de membres dans le monde, dont 2 millions en France.

- Zones d’implantation : France, pays francophones, Brésil, Chine (acquisition de Tianji.com), Mexique, Brésil, Inde (acquisition de Apna –Circle).

Pour les entreprises, il propose une CVthèque, accessible sur abonnement, et un service payant pour poster des offres d'emplois. « Une annonce standard, mise en ligne pendant 2 mois, coûte 510 euros. Ce tarif est dégressif, selon le nombre d'annonces diffusé. Le recruteur peut également accéder à la CVthèque pour un montant de 825 euros par mois pendant 1 an », précise-t-on chez Viadeo.

Son acquisition du réseau social Unyk, début octobre, lui permet de mettre la main sur la solution de carnet d'adresses intelligent développé par Unyk… et ses 16 millions de membres. Le réseau français « met en avant son caractère francophone pour toucher les pays idoines, comme le Liban », remarque Bertrand Duperrin.

Xing : un réseau très européen

Xing : le réseau social allemand, créé en 2003, compte 8 million de membres.

- Zones d’implantation : Essentiellement en Allemagne, en Autriche et en Suisse, ainsi qu’en Espagne (Barcelone), en Italie (Milan) et en Turquie (Istanbul).

Disponible en une quinzaine de langues, dont en français, il propose notamment un système de communautés privées, souvent utilisé par les entreprises, qui peuvent y greffer leur propre interface. Et pour cibler les jeunes diplômés, il a créé le statut de « Jeune diplômé/Étudiant », qui leur permet désormais de présenter leur cursus universitaire sur un profil personnalisé.

Ils ont ainsi accès à un réseau mondial d'employeurs potentiels et d'anciens élèves. Xing compte déjà 1 300 communautés étudiantes, dont celles liées à l'université d'Harvard, à l'université technique de Vienne, et l'Instituto Empresa de Madrid.

Facebook : pour mieux connaître vos candidats

Facebook : c’est le réseau social prédominant, le plus connu dans le monde, avec plus de 200 millions d’utilisateurs et – point intéressant pour les recruteurs – qui a les faveurs des étudiants et des jeunes diplômés.

Il constitue un véritable vivier d'étudiants et de jeunes diplômés, faciles à contacter, car souvent membres de groupes Facebook créés par leur entreprise ou par leur ancienne école. Sa particularité : c'est un réseau social à vocation ludique, où les inscrits n'hésitent pas à diffuser des informations parfois privées.

En fait, les entreprises l'utilisent pour mieux connaître la personnalité d'un candidat. Beaucoup d'entreprises utilisent aussi les réseaux sociaux professionnels juste pour prospecter. Mais cela doit rester un outil parmi d’autres. « Une entreprise qui veut prospecter à l’étranger, ou ouvrir une filiale, devra d’abord utiliser ses réseaux physiques, ou contacter une expertise à l’international. L’idéal pour une PME sera donc de passer par un réseau existant, comme le bureau local du commerce extérieur, ou encore un cabinet de chasseurs de têtes », estime Bertrand Duperrin.

Quid des réseaux sociaux locaux ? « Ce sont des outils parmi d’autres, à utiliser dans un second temps. Ou alors, il faut trouver quelqu’un maîtrsant les réseaux sociaux locaux », estime-t-il.

En clair, passer par tel ou tel réseau social prédominant dans un pays ou une zone géographique est un plus… dans un second temps. Passage en revue de ceux-ci, avec une carte réalisée par Vincenzo Cosenza, éditée en juin 2009 (sources : Alexa et Google Trend, mas pas Comscore hélas).

En vert figurent les territoires conquis par Facebook; la majorité; mais il existe des poches de résistance en Russie (V Kontakte), Chine (QQ), Brésil et Inde (Orkut), Amérique Centrale, Pérou, Mongolie, et Thailande (hi5), Corée du sud (Cyworld), Japon (Mixi), Moyen-orient (Maktoob), et aux Philippines (Friendster).

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article