Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Plus de femmes, plus de réussite

25 Février 2010 , Rédigé par Sandrine Publié dans #Ressources humaines

publié par emploi-pro.fr.  dans l'usine Nouvelle par Gwenole Guiomard
formation jeunes diplomes
© pressmaster - Fotolia.com

Focus  Selon une étude du CNRS dévoilé par le site Rue 89, un chercheur établit une corrélation entre le pourcentage de femmes dans les instances de direction et la réussite économique des entreprises.

 

C’est une exclusivité de nos confrères de Rue 89. Selon eux, des chercheurs du CNRS démontreraient que plus il y a de femmes dans le management d’une entreprise, meilleure sont ses résultats économiques. L’étude est à paraître en avril 2010 dans la revue Travail, genre et sociétés. Selon les chercheurs qui ont étudié le taux de féminisation de l’encadrement supérieur des entreprises du CAC40 sur la période 2002-2006, les sociétés qui ont un taux supérieur à 35 % développent des résultats bien meilleurs que les autres en matière de croissance, de rentabilité, de productivité du travail et de création d'emplois.

Ainsi, sur la période 2002-2006, 14 entreprises du CAC 40 connaissent un taux supérieur à 35 % de femmes dans leur encadrement. Le taux de 35 % constitue un seuil à partir duquel une organisation est influencée par une minorité. Ces entreprises « féminisée » ont développé une croissance  de 23,4 % de leur chiffre d’affaires contre 14, 61 % pour les autres. Leur rentabilité est aussi supérieure de 96, 09 % par rapport aux sociétés « masculinisées » et une augmentation du nombre d’embauche supérieure de 156, 52 %…

Un savant mélange hommes-femmes

Comment expliquer ce phénomène ? Selon les chercheurs, la diversité des genres en entreprise contribuerait à enrichir le panel des compétences en permettant à un plus grand nombre d’accéder à des niveaux de responsabilité. Cela augmenterait ainsi le champ des possibles. D’autre part, la diversité des genres permettrait aux organisation de disposer de représentation du monde plus large et par conséquent d’apporter des solutions plus diverses.

Par ailleurs, les femmes auraient une approche plus mesurée face aux risques. Un savant mélange hommes-femmes permettrait alors aux entreprises de minimiser les risques. Ainsi, la banque qui a le mieux résisté à la crise, BNP, est aussi la banque qui a un taux de féminisation de son encadrement le plus fort du CAC 40 avec 41, 4 % de femmes dans son encadrement supérieur. Alors que Dexia, stigmatisé pour ses prises de risques, ne dispose que de 18, 4 % de femmes au poste de direction. Des résultats qui montreraient que la lutte pour la parité hommes femmes est non seulement une question d'égalité mais aussi une promesse d'efficacité. De quoi convaincre les messieurs en costume gris à faire un peu de place à leurs collègues en tailleur.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article