Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nexus One, plus de buzz que de révolution

13 Janvier 2010 , Rédigé par Sandrine Publié dans #marketing

l'Expansion

Raphaële Karayan 
Reuters / Robert Galbraith
Google a dévoilé mardi 5 janvier 2010 son téléphone portable multifonctions, le Nexus One, qui sera fabriqué par le constructeur taïwanais HTC.
 

Le lancement du smartphone de Google confirme sa stratégie de déploiement d'Android, mais pas de quoi en faire un fromage.

De l'avis des spécialistes, les caractéristiques du Nexus One, le premier téléphone équipé du système d'exploitation de Google vendu sous sa propre marque, en font un smartphone intéressant mais pas révolutionnaire. On retient la qualité de l'écran, la rapidité de son processeur, et notamment le système de reconnaissance vocale de l'appareil, qui permet de dicter des textes. Mais cela ne suffit pas pour secouer le marché. Ce n'est pas un "superphone", au sens où la marque aurait créé un nouveau segment de marché avec un appareil disposant de caractéristiques uniques et différentes.  

Google étant Google, il doit bien y avoir du révolutionnaire quelque part ! Regardons donc ce qui se passe du côté de la distribution, puisque pour la première fois, le téléphone sera vendu en direct depuis un site internet. Trois nouveautés sont à première vue significatives.

L'opérateur n'est plus le distributeur... 

... mais ce n'est pas comme si Google devenait opérateur.

La vente de téléphones désimlockés n'est pas une nouveauté, en France tout du moins. N'importe qui peut acheter un téléphone "nu" dans une boutique multimarques pour l'utiliser avec le forfait de son opérateur. Apple vend déjà ses téléphones dans ses Apple Stores, dans un environnement éloigné de toute concurrence. De plus, rappelons que le Nexus One vendu sans engagement sur la boutique de Google ne sera pas subventionné, et coûtera donc beaucoup plus cher aux Etats-Unis (529 dollars) que s'il est pris avec un forfait chez T-Mobile (179 dollars), et plus tard chez d'autres opérateurs. En France, c'est SFR qui devrait commercialiser l'appareil en premier, vraisemblablement avant la fin du trimestre.

Google ne cherchant pas à accorder l'exclusivité à un seul opérateur, les offres de forfaits incluant le Nexus One seront concurrentielles, d'autant que Google n'imposera pas de prix de vente aux opérateurs. Le téléphone offrant les mêmes fonctionnalités avec ou sans engagement chez un opérateur, passer en direct par Google n'a vraiment d'intérêt que si l'opérateur du client ne vend pas le téléphone, ou plus cher que Google. 

Google devient e-marchand... 

...ou plutôt il enregistre les commandes. Ce n'est pas Google qui assurera la logistique, ni la hotline pour le suivi de commande. Les produits seront "mis en boîte" et envoyés par HTC, le fabricant du téléphone. Certes, la boutique de Google lui procure un accès direct à ses utilisateurs, ce qui pourrait lui permettre de leur proposer ultérieurement d'autres produits et services. Mais concrètement, Google n'ajoute pas à ses métiers celui d'Amazon. La vente en ligne ne bouleversera pas la structure de ses revenus, tirés à 99% de la publicité.

Google vend un téléphone sous sa marque... 

...mais il ne devient pas fabricant. Les Nexus One sont fabriqués par HTC, qui assure aussi le service après-vente des téléphones dans le cas de la vente en direct. Dans le cas d'un achat avec engagement auprès d'un opérateur, c'est à ce dernier que revient la gestion de l'après-vente. Google devra maintenir de bonnes relations avec ses partenaires fabricants, comme Motorola, qui ont contribué à lancer les 20 modèles embarquant Android aujourd'hui. 

Un pas de plus dans la stratégie publicitaire globale de la marque

Si on accorde à Google de se montrer une fois de plus offensif et innovant, on ne trouve cependant rien de bien révolutionnaire dans le lancement du Nexus One. Plus qu'un appareil et un business model réellement "disruptif", Google poursuit avec ce lancement plusieurs objectifs: 

-accélérer la pénétration d'Android: c'est pourquoi il vend les téléphones nus, n'impose pas d'exclusivité aux opérateurs, et a choisi l'open source. Normal: Google cherche la largeur d'audience avant tout, son modèle étant publicitaire. Grâce à Android, l'entreprise peut par exemple définir ses propres standards de formats publicitaires, et gérer comme il l'entend son catalogue d'applications. 

-contrôler davantage sa présence sur mobile: la publicité sur mobile est un univers plus complexe que sur internet, du fait du poids historique des opérateurs dans l'écosystème. Fournir le système d'exploitation était la première pierre de cette stratégie, la vente d'un téléphone hors du réseau des opérateurs est la suite logique. Google peut ainsi, par exemple, connaître le profil des utilisateurs de ses téléphones, une donnée qui intéressera les annonceurs.

-tester son modèle avant de se lancer dans les PC: des rumeurs circulent sur le lancement en 2010 d'un netbook Google, équipé de Chrome OS. Déployer son modèle publicitaire sur des machines qu'il équipe a du sens pour Google, qui se lance dans les navigateurs (Chrome), les logiciels et les systèmes d'exploitation. Il pourra ainsi concurrencer Microsoft encore plus frontalement. Avant de se lancer sur le PC, où l'enjeu est beaucoup plus grand, on peut voir dans le Nexus One un tour de chauffe.

-imposer sa marque dans le monde réel: Google est déjà omniprésent sur Internet, mais il veut ratisser encore plus large. Pour preuve, sa campagne d'affichage actuellement présente dans le métro parisien pour le navigateur Chrome. Google ne faisant jamais de publicité, c'est assez rare pour être signalé !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

ICI on s' taille une surprise DE TAILLE....!!! 06/02/2010 09:59



Ce téléphone va être une vrai révolution....
Superbe......
Bon wek end...
Pour ma part je pars au travail pour un week end de taf....
Lorent