Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Twitter, un pétard mouillé ?

26 Août 2009 , Rédigé par Sandrine Publié dans #networkings

Un excellent article paru dans le Nouvel Obs cet été

Twitter semblait annoncer le renouveau des réseaux sociaux. La large couverture médiatique passée, on aperçoit un succès pour le moins limité, en tout cas en France.

Le site de Twitter (Jonathan Hordle / Rex)

Le site de Twitter (Jonathan Hordle / Rex)

Twitter, tout le monde en parle, beaucoup le vante, et l'inscription semble indispensable. Toutefois, si Twitter a multiplié par huit son nombre d'internautes en un an, le succès ne semble pas au rendez-vous en France. Les messages des quelques français présents sur le réseau disparaissent vite dans un flot mondial de mini-messages postés par des millions d'utilisateurs.
Le succès des réseaux sociaux laissait présager que nos "amis" de Facebook (250 millions d'utilisateurs) deviendraient nos "followers" de Twitter (personnes qui ont décidé de "suivre" nos publications). Si le nombre de Français présents sur le site de "micro-blogging" est estimé à plus de 21.000, ils semblent peu satisfait de la plate-forme.
En effet, une étude de Sysomos, baptisée "A l'intérieur de Twitter" et publiée le mois dernier, conclut que la France représente moins de 1% de l'ensemble des messages postés, très loin derrière les Etats-Unis à plus de 60%. Et les utilisateurs se lassent vite du site : 85% des utilisateurs postent moins d'un message par jour, et 21% n'en ont même jamais posté. Une tendance générale, loin d'être exclusive à la France.
De plus, près de 10% des comptes sont considérés comme "dormants", note une étude de HubSpot, c'est-à-dire que l'utilisateur suit moins de 10 personnes, possède moins de 10 "followers" et a écrit moins de 10 messages.

75% des messages sont postés par 5% des utilisateurs


Il faut dire que le principe des followers n'attire pas particulièrement vers les individus lambda : plus de 93% d'entre eux ont moins de 100 suiveurs. Les utilisateurs de Twitter ont plus tendance à suivre les comptes de célébrités comme le chanteur Tyrese (360.000 followers) ou l'actrice Alyssa Milano (300.000 followers), que d'autres anonymes. En France, les stars de Twitter sont les journalistes (Pierre Haski, Presse Citron...) et quelque politique au goût du jour, NKM en tête.
Reste que l'utilisateur poste très peu de message. D'après l'enquête de Sysomos, plus de la moitié n'ont rien publié au cours de la semaine d'enquête. De plus, on apprend que pas moins de 75% des messages sont postés par... 5% des utilisateurs.
Un chiffre à nuancer quand on sait que 24% des messages mondiaux sont publiés automatiquement par des machines, en grande partie pour "spamer" sur le réseau. D'ailleurs, les techniciens du site se livrent régulièrement à une purge des comptes pour supprimer les utilisateurs à seule objectif publicitaire. D'expérience, quelle surprise de s'apercevoir que l'on est suivi par des comptes renvoyant vers des sites pornographiques ! Quand le marketing passe par les réseaux sociaux...

"Pourquoi les ados ne twittent pas ?"



Les mots les plus utilisés sur Twitter
Côté utilisateurs, Twitter séduit en majorité les 20/24 ans, mais aussi de plus en plus de 35/54 ans. Fait suffisamment rare pour être souligné. En général, sur les réseaux sociaux les adolescents sont largement majoritaires comme, par exemple, Facebook dont 50% des utilisateurs ont moins de 25 ans. Sur Twitter, 84% des utilisateurs ont plus de 24 ans...
Plusieurs sites, comme Mashable, s'interrogent sur "Pourquoi les ados ne twittent pas ?". Le site spécialisé dans les réseaux sociaux propose l'explication du "feedback négatif", autrement dit moins il y a d'adolescents, moins il y en aura qui rejoindront le site. En outre, il souligne que Twitter est loin d'être adapté aux adolescents surtout à la recherche de liens avec leurs amis.
Twitter, plus sérieux que Facebook, s'est dernièrement placé comme l'épicentre de toute une actualité véhiculée sur Internet (notamment en Iran) mais aussi comme un moyen de promotion de son site ou son produit. Des intérêts peu développés chez les têtes blondes... En outre, Twitter se révèle un piètre moyen pour "discuter" avec quelqu'un, conversation forcément rendue publique. Enfin, dernier point soulevé par Mashable, les ados n'ont rien à dire sur Twitter, où ils ne peuvent pas réagir simplement, comme sur Facebook, à des photos amusantes.

Boris Manenti (nouvelobs.com)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article