Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Bookmarking Network, explication!

12 Février 2009 , Rédigé par Sandrine Publié dans #networkings

Excellent, dans lepost
Avatar

 

 

C'est quoi ces petites icônes qu'on retrouve toujours en bas des posts?

Il y en a à peu près une cinquantaine aux Etats-Unis alors qu'en France on les compte sur les doigts de la main.

Nous, on découvre à peine les réseaux sociaux (social network est plus facile à traduire) et eux, ils en sont déjà à se demander qui investira le plus d'argent dans le nouveau 'réseau de marquage de page'...

Mais en fait c'est quoi un bookmarking network ?

C'est comparable à un réseau social comme le maintenant parfaitement assimilé Facebook, sauf qu'au lieu d'y partager ses problèmes de digestion, on parle plutôt de ses liens "Favoris".

En fait, la première étape après s'être enregistré sur des sites comme Delicious (anciennement del.ico.us) ou Technorati ou StumbleUpon ou (ouais 50 j'ai dit...), c'est de déclarer sur votre compte quels sont vos sites favoris. Sur Delicious, on peut d'ailleurs carrément téléverser (uploader, oui Msieurs-Dames) les favoris de son navigateur.

Donc, déjà, ce sont des sites qui vous permettent d'avoir tous vos favoris à porté de main et partout dans le monde. Pas mal. Mais le but, c'est surtout de trouver des nouveaux liens quotidiennement ! On peut aussi trier et repérer des "genres" de liens qui ont été étiquetés (Taggé dans le jargon) par d'autres utilisateurs.

On peut alors choisir les "Tags" que l'ont veut suivre, et se concentrer sur les derniers ajouts étiquetés avec.

Tout comme on peut rejoindre un réseau de personnes ayant des goûts similaires et dont les liens sont susceptibles de nous intéresser. Oh purée ! Ça veut dire quoi ta tirade là ?

EXEMP. !

Le truc de Jean-Paul, c'est les motos !

Il est inscrit sur Facebookmark.fr (site fictif mais super original) et a déjà enregistré pas mal de sites de deux-roues : pièces détachées, sports automobiles, bikeuses léchant des garde-boue, j'en passe !

Maintenant, lorsque Jean-Paul trouve un nouveau site web sur Facebookmark, il l'étiquette ou le tag. Si, par exemple, le site a des images de motos du rarissime constructeur texan GrosPneu Racing, il pourra signaler à Facebookmark que le lien en question relève du Tag 'GrosPneu'.

Il lui colle littéralement une étiquette de plus (ouais il doit déjà avoir le Tag motos, constructeurs etc...).


De cette façon, la prochaine fois qu'un autre Jean-Paul cherchera des sites de motos GrosPneu, le lien génial pécho par JP ressortira immédiatement !

Il peut aussi s'abonner à des flux d'étiquettes/tags. De sorte que, dès qu'un Bob Raquette, à l'autre bout du monde, associe à l'un de ses favoris le tag 'GrosPneu' Jean-Paul soit immédiatement prévenu !

Ensuite, on a la possibilité de se constituer un "réseau" d'amis. Jean-Paul va rajouter Bob Raquette, puis John, puis Sam etc... Plus tard en se connectant à son réseau, Jean-Paul pourra voir en une seconde les derniers ajouts de favoris de ses potes amateurs de GrosPneu.

Sur Delicious par exemple, l'accent est mis sur les membres. En souscrivant à leur flux, on est informé des dernières pages qu'ils ont marquées !

C'est comme ça que les blogs 'Trash Web' (Mickael Vendetta, Chris Crocker, Perez Hilton et consorts) ont percé rapidement, en étant mis en avant par des membres aux Favoris très très suivis.

Certains sites comme Digg (en, lpb)* ou Technorati (en, lpb)* se concentrent plus sur le marquage d'articles de blog, de vidéos ou de photos ! Donc du véritable contenu et pas de simples pages d'accueil de sites commerciaux.

Technorati ou StumbleUpon évitent aussi le phénomène WEB2 qui veut que tout le monde affiche fièrement ses films préférés, ses séries, ses liens, ses kleenex favoris et reposent plus sur des systèmes de vote.

Les votants ne sont pas vraiment anonymes mais moins ciblables.

Plus on vote (le site créé généralement un verbe, to Digg, to Stumble etc...), plus l'article remonte dans sa catégorie ou son tag. Et plus il est vu, lu, et voté, et vu et lu et voté, et vu et lu et voté...

Un billet intéressant ou racoleur vite repéré pourra donc arriver sur l'écran de millions d'utilisateurs en quelques heures !

Donc les réseaux de marquage, sans être l'avenir du web, sont une excellente façon de promouvoir les sites ou articles que l'on aime en les partageant, que ce soit entre amis ou en entreprise. Le seul problème c'est pour trouver du contenu français...

Car tous ces sites américains, s'ils ont évidemment un mode de sélection par langue n'offre qu'un maigre contenu francophone et des interfaces toujours pas mutlilangue.

Cette carence permet à des réseaux spécifiquement français comme Scoopeo ou Wikio de se faire petit à petit leur place dans le fouillis des réseaux de marquage (rapidement : Scoopeo s'assimille plus à Digg, tandis que Wikio poursuit le sérieux et la qualité de contenu de Technorati).

Cependant s'ils commencent à faire parler d'eux, ils restent à la traîne et comme tous service WEB2 qui tarde à arriver en France, on peut craindre que Facebook, qui a déjà la confiance et l'interêt des Français, ne l'intègre à sa plateforme et ne tue une diversité d'offre toujours utile. (vous entendez le râle de Twitter ?)

Alors, faites que le fictif Facebookmark.fr ne voit pas le jour dans une des colonnes du gros F bleu...

On finit sur la note de méfiance indispensable dans ce coupe-gorge de WEB2, et on souligne bien que le gros avantage ne va pas à l'internaute lambda qui collecte et affiche fièrement ses bonnes trouvailles du web.

Il va aux récolteurs d'adresses Opt In et aux bureaux d'étude qui vont pouvoir isoler les Jean-Paul et les Bob Raquette en fonction des leur favoris et mieux cibler leurs habitudes de consomation.

Et on ne parle même pas des dirigeants des réseaux qui contrôlent la popularité de tel ou tel article. Digg fait régulièrement scandals quand il remonte ou descend artificiellement certains articles en fonction des souhaits ou des craintes de ses partenaires...

Rigolotte cette conclusion !

[Travaux Pratiques] : Trouvez le petit bouton "partager" en bas à droite et lancez-vous dans le marquage social !

Merci le Web2 et Merci La Poule Blanche !

* liens vers la page officielle en anglais ou l'explication de La Poule Blanche.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article