Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LinkedIn parle enfin français

26 Novembre 2008 , Rédigé par Sandrine Publié dans #networkings

 

 

 

 

 

 

 

Le réseau social professionnel vient d'annoncer officiellement la bêta de la version française de son site. Il espère attirer de plus en plus de PME hexagonales parmi ses membres.
Sandrine Chicaud, 01net., le 25/11/2008 à 18h00
Quatre mois après le lancement de sa version espagnole, LinkedIn, la référence des réseaux sociaux professionnels dans le monde (31 millions de membres), a annoncé ce matin la traduction en français de son site. Pour l'heure, seul le contenu produit par le LinkedIn est traduit, celui fourni par les utilisateurs ne l'étant pas encore. La nouvelle marque une étape importante pour le réseau, qui veut conquérir le Vieux Continent.
« Nous sommes bien développés en Europe, avec 7,5 millions de membres. En France, environ 4 % des professionnels utilisent LinkedIn, a assuré Reid Hoffman, son fondateur et président. Et la langue est un frein. Seuls 25 % des professionnels français déclarent être plutôt à l'aise avec l'anglais ou le maîtriser. » De son côté, Kevin Eyres, directeur général pour l'Europe du réseau, a déclaré vouloir « doubler le nombre de professionnels français membres de LinkedIn, pour atteindre 8 % de la population active française [soit 1,2 million de membres, NDLR] ». Malgré ces velléités de conquête, LinkedIn n'a toutefois pas prévu de créer un bureau dans l'Hexagone (son siège européen est à Londres).
Les PME convoitées
Aujourd'hui, l'utilisateur français type de LinkedIn a 41 ans et gagne en moyenne 70 000 euros par an. Il est souvent décisionnaire dans son entreprise. LinkedIn compte parmi ses membres de grands groupes français et internationaux comme Renault, BNP Paribas, Société générale ou, dans le secteur high-tech, France Télécom, Alcatel-Lucent, IBM, Hewlett-Packard et Atos Origin - les plus présents sur le réseau. Mais 28 % des membres dans le monde et 24 % des utilisateurs français travaillent dans des PME. Et cette proportion augmente, selon LinkedIn.
Le réseau n'a pas créé de service spécifique pour les PME. « Le site leur permet d'entrer en contact avec des professionnels qui ont une expertise qu'elles n'ont pas en interne. C'est plus rapide que de contacter directement des groupes comme CapGemini ou IBM », résume Jean-Luc Vaillant, son directeur technique. Elles peuvent aussi poser des questions à leur réseau ou à l'ensemble des membres de LinkedIn.
A ce jour, 14 000 questions sur les « start-up et PME » ont été posées, et 70 % d'entre elles ont trouvé une réponse, selon LinkedIn. Autre scénario : une entreprise peut créer sur le site un groupe d'utilisateurs privé. Le jeu des questions-réponses s'opère alors au sein d'une équipe restreinte. C'est le cas, par exemple, du groupe Webmonsters, qui rassemble un peu moins d'une centaine de professionnels d'Internet.
Viadeo, principal concurrent en France
Quant aux autres réseaux sociaux, lors de la conférence de presse organisée pour le lancement du site en français, Reid Hoffman a bien confié qu'il avait créé lui aussi son profil sur Facebook, sur lequel il « partage des photos ». Il a été un peu moins bavard sur son utilisation de Viadeo (6 millions de membres, dont 2 millions en France), principal concurrent de LinkedIn dans l'Hexagone. « Nous nous développons très vite, en Europe, nous devrions le dépasser rapidement », a-t-il glissé. De son côté, Jean-Luc Vaillant a surtout mis en avant la force de frappe de LinkedIn, plus importante, à l'international notamment : « Même si 80 % des membres français utilisent notre site localement, pourquoi se priveraient-ils d'autres opportunités ? » Pour lui, bien plus que la palette de fonctionnalités offertes, c'est l'influence de LinkedIn qui fait la différence. Une influence qui lui a rapidement permis de nouer des partenariats avec de grands acteurs tels que l'Apec ou Amazon.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article