Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Budgets IT : en baisse selon Forrester, en hausse selon l'EITO

23 Septembre 2008 , Rédigé par Sandrine Publié dans #high tech

Dans best Practices SI  

Un tiers des sociétés françaises ont déjà réduit leurs budgets informatiques, une sur cinq a mis en place des projets et de nouvelles initiatives afin de mieux optimiser leur rentabilité et 16 % d'entre elles ont même fait des coupes dans leurs achats de matériels, affirme une étude du cabinet Forrester, réalisée auprès de 950 DSI européens et nord-américains.

Au niveau mondial, 43 % des entreprises ont déjà réduit leurs budgets globaux en 2008 en réaction au ralentissement économique mondial, alors que 24 % ont mis en attente leurs dépenses non essentielles. 28 % des personnes interrogées déclarent que l'économie n'a pas eu d'impact sur leurs budgets informatiques.

 Les investissements en technologies de l’information au niveau mondial en 2009
 Régions  Dépenses totales
 Taux de croissance 2009
 Etats-Unis  345  +  3,7 %
 Europe  311,1  + 4,2 %
 Japon  127,7  + 4, 0 %
 Chine  39,1  + 17,8 %
 Inde  18  + 17,2 %
 Russie  12,5  + 17,5 %
 Total mondial  963,5  + 5,2 %
 Chiffres en milliards d’euros. Source : EITO, PAC, 2008.


Lorsqu'on leur demande comment l'économie affectera leurs dépenses en matière de services, 70% des personnes interrogées déclarent qu'elles tenteront probablement de négocier les prix auprès de leurs prestataires et 16% indiquent qu'elles ont déjà réduit ces dépenses.

Les DSI du secteur des services financiers sont sans conteste les plus durement touchés, 49 % d'entre eux ayant déjà réduit leurs budgets. A l'opposé, dans l'industrie des médias et des loisirs, seules 39 % des personnes interrogées déclarent qu'elles ont dû réduire ces dépenses. Les DSI nord-américains sont globalement plus affectés par l'économie que leurs homologues européens : 49 % des entreprises nord-américaines ont réduit leurs budgets contre seulement 31 % en Europe ; il faut toutefois noter que l'étude Forrester a été menée au deuxième trimestre 2008, soit avant la détérioration des conditions économiques en Europe.

« Il ne s'agit pas d'un ralentissement brutal et généralisé, l'impact de l'économie sur les budgets informatiques varie sensiblement selon les secteurs industriels et géographiques », explique John C. McCarthy, vice-président et analyste principal chez Forrester Research. « Dans les services, le ralentissement a entraîné les entreprises à renégocier les prix, à être plus sélectives dans le choix de leurs prestataires et à examiner de plus près leurs budgets, mais elles sont toujours prêtes à augmenter légèrement leurs budgets. La demande des entreprises en matière de services informatiques n'a pas baissé de manière significative. »

L’offshore peine à séduire

Toutefois, la demande en matière de services reste stable. 45 % des entreprises comptent accroître le recours à l'externalisation dans le domaine des applications, et 43 % dans le domaine des infrastructures. 43 % des personnes interrogées déclarent qu'elles délocalisent de plus en plus leurs activités. L'externalisation des infrastructures présente une forte perspective de croissance. La convergence des télécommunications et la gestion de réseau également, puisque plus de 20 % des entreprises externaliseront ce service en 2008.

En revanche, peu d'entreprises exploitent pleinement les ressources offshore, puisque seules 9 % d'entre elles délocalisent systématiquement. Un nombre croissant d'entreprises sont intéressées à explorer cette piste, 14 % étant en phase d'utilisation progressive, 19 % au stade de projet pilote, et 22 % ne délocalisent pas mais sont en recherche active de développements. Parmi ces dernières, la majorité cite comme obstacle principal la qualité parfois douteuse du travail effectué.

La satisfaction apportée par l'externalisation reste faible. Alors que les entreprises sont globalement satisfaites de leur décision de recourir à une tierce partie, 52 % déclarent que leur principal problème, concernant les services informatiques existants et les relations d'externalisation, est que les économies réalisées sont plus faibles que prévues. Les autres défis rencontrés sont notamment une qualité de service inégale ou médiocre (40 %), et l'incapacité du fournisseur ou prestataire à répondre rapidement à l'évolution des besoins (35 %).

L’EITO (European Information Technology Observatory) estime, lui, que la dépense informatique mondiale va progresser en 2008 de 5,2 %, soit 963,5 milliards d’euros, malgré les incertitudes économiques. Essentiellement par le rôle joué par les pays tels que la Chine, la Russie et l’Inde. Pour 2009, la croissance globale mondiale des investissements en technologies de l’information devrait d’établir à 5,6 %, dépassant pour la première fois les mille milliards d’euros. On s’en doute, les Etats-Unis et l’Europe, ainsi que le Japon, marchés beaucoup matures, n’atteindront pas ce rythme mais l’EITO s’attend à des progressions autour de 4 % (3,7 % aux Etats-Unis, 4 % au japon et 4,2 % en Europe).
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article