Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Enisa met en garde contre le risque d'un « 11 septembre numérique » en Europe

31 Mai 2008 , Rédigé par Sandrine Publié dans #high tech

ZDNet - Philippe Astor, publié le 30 mai 2008

Sécurité - Les États membres de l'UE ne sont pas suffisamment protégés contre les menaces liées aux réseaux sociaux, spam ou fraude en ligne selon l'agence de sécurité européenne Enisa. Elles les incitent à davantage investir dans la sécurité de leurs réseaux.

Un « 11 septembre numérique » en Europe ! C'est le risque évoqué le plus sérieusement du monde par l'agence de sécurité européenne Enisa (European Network and Information Security Agency) à propos des menaces que font peser les réseaux sociaux, le spam, la fraude en ligne et le vol d'identité numérique sur la société de l'information en Europe.

« L'Europe doit prendre plus sérieusement en compte les questions de sécurité et investir plus de ressources dans la sécurité des réseaux et des systèmes d'information », a déclaré Andrea Pirotti, le directeur exécutif de l'Enisa, à l'occasion de la présentation du dernier rapport général de l'agence. Il a appelé l'Union européenne à organiser un système de reporting sur les failles de sécurité et les incidents dont sont victimes les entreprises, comme cela se pratique déjà aux États-Unis.

Revoir les règles de la protection de la vie privée

Au regard des problèmes de sécurité posés par les réseaux sociaux, déjà mis en évidence dans un rapport publié en octobre 2007, l'Enisa préconise également de revoir tout l'arsenal réglementaire de la directive 2002/58 sur la protection de la vie privée et les communications électroniques.

L'agence de sécurité, qui rappelle que 30 % des échanges commerciaux sont « numériquement dépendants », estime par ailleurs que le spam a coûté 64,5 milliards d'euros aux entreprises en 2007, soit deux fois plus qu'en 2005.

Réduire les déséquilibres dans les niveaux de sécurité

Selon elle, quelque six millions d'ordinateurs sont piratés de par le monde et utilisés par des organisations criminelles pour envoyer du spam ou commettre des fraudes en ligne. Et la création de groupes d'intervention d'urgence, ou Cert (Computer Emergency Response Team), est le meilleur moyen de combattre ces formes de cybercrime. En 2005, seuls huit pays membres de l'Union s'étaient dotés de Cert ; ils sont quatorze aujourd'hui, et dix autres projettent d'en créer.

« Les États membres devraient entreprendre des efforts concertés pour réduire les déséquilibres dans les niveaux de sécurité [d'un pays à l'autre], avec plus de coopération transfrontière », conseille Andrea Pirotti.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article