Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La montée inexorable du SaaS

22 Avril 2008 , Rédigé par Sandrine Publié dans #high tech

Dans ITR Manager : un excellent article sur l'évolution actuelle et future du Saas

Il ne se passe une semaine sans annonce majeure dans le domaine du Software as a Service, alias SaaS. Google qui n'a pas encore réussi a percer le monde de l'entreprise a dévoilé la semaine dernière sa solution App Engine et annoncé l'extension de son partenariat technique avec Salesforce. De son côté, Microsoft prépare Albany, une suite de bureautique et de travail collaboratif grand public. L'éditeur l'a fait actuellement tester par quelques milliers d'utilisateurs et devrait proposer une version commerciale d'ici la fin de l'année.

 

App Engine de Google est une solution de développement permettant de concevoir des applications Web scalable fonctionnant sur l'infrastructure de Google : la société californienne garantit 500 Mo de stockage, une bande passante et une capacité en terme de serveurs capable de supporter 5 millions de pages vues par mois et une environnement de développement basé sur Python. Dans une phase transitoire, cette offre est ouverte aux premiers 10 000 développeurs qui se déclareront intéressés.

 

Quelques jours plus tard, Google et salesforce annonçaient la poursuite de leur collaboration technique avec l'introduction d'une solution qui associe les outils bureautique du premier au CRM du second, le tout évidemment proposé en version SaaS (Software as a Service), rebaptisé désormais sous l'appellation plus brumeuse de « Cloud Computing ».  Les deux partenaires ont lancé Salesforce for Google Apps, une solution SaaS qui associant la suite d'applications de productivité bureautique Google Apps aux outils de CRM de salesforce.com. Cette solution est proposée gratuitement dans sa formule de base, mais les utilisateurs qui souhaiteraient un support, l'accès à des API complémentaires devront payer 10 dollars par mois et par utilisateur.

A la fin de la semaine dernière, c'était au tour de Microsoft d'avancer dans le cadre de sa stratégie Software + Services avec l'annonce d'Albany, une suite logicielle qui comprendra Office Home et Student 2007, Office Live Workspaces, Windows Live Mail, Live Messenger, Photo Gallery et Windows Live One Care accessible On the cloud comme l'on dit désormais.

Les entreprises sont séduites par le SaaS

20080421_16Selon le cabinet Saugatuck, l'adoption du logiciel en mode SaaS est forte, concerne toutes les régions du monde, tous types d'applications et d'entreprises, petites et grandes. L'Europe serait d'ailleurs en avance sur les Etats-Unis dans ce domaine. D'ici à 2012, 70 % des entreprises de plus de 100 salariés auront déployé au moins une application SaaS.

Et l'évolution vers les SaaS devrait être assez rapide : en 2012, 30 % des nouvelles solutions applicatives et 25 % des services d'infrastructure devraient l'être sous forme de SaaS. Et celles qui se sont déjà lancées dans l'aventure ne le regrettent pas : 84 % d'entre elles se déclarent très satisfaite ou satisfaite.

 

Côté applications, les solutions de messagerie électronique et de Webconferencing viennent en tête de l'utilisation devant la gestion de la la paie, les services de voyage, les applications de comptabilité/finance, la Business Intelligence, le sourcing et l'e-procurement.  Entre 2009 et 2012 ; au moins 40 % des entreprises, moyennes et grandes, évalueront des solutions SaaS pour les applications métier : ERP, procurement, RH... Un tiers choisiront un fournisseur de ces solutions de prochaines générations, un tiers migrera vers des versions SaaS des applications qu'ils mettent en œuvre et un tier devraient reporter leur décision d'évoluer vers les SaaS. Et au-delà de 2013, moins de 40 % des logiciels de gestion d'entreprise seront commercialisé et gérés sous la forme traditionnelle de la licence perpetuelle.

 

 20080421_14

 
Du Saas au PaaS

Le SaaS va être également complété de ce que l'on appelle aujourd'hui les Platformq-as-a-Service qui devrait marquer une rupture (disruptive impact) à long terme, toujours selon le cabinet Saugatuck. Ces infrastructures offrent tout ce qui est nécessaire aux développeurs pour qu'ils puissent réaliser leurs applications : data center à haute disponibilité, base de données, environnements de développement, bus d'échange... A terme, les fournisseurs majeurs proposeront un stack complet allant des services de base (back up/restauration, réplication) jusqu'aux applications métier.

20080421_15

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article