Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quand les entreprises recrutent sur Facebook

19 Janvier 2008 , Rédigé par Sandrine Publié dans #networkings

Dans Rue89 (vous connaissez ?)

(De Madrid) En principe, les réseaux sociaux tels que Facebook ou Myspace s'utilisent pour rester en contact avec ses amis, faire de nouvelles connaissances, espionner les "Wall" ou copier ce que les autres ajoutent à leur profil. Facebook, par exemple, fut créé par un étudiant de Harvard afin de garder des contacts et élargir son cercle d'amis au sein de son université.

Facebook compte aujourd'hui 50 millions d'utilisateurs dans le monde. Un nombre qui pourrait doubler en une année. Conséquence: départements de ressources humaines et "chasseurs de tête" sont plus attentifs aux profils de leurs éventuelles recrues.

En jetant un coup d'oeil à un profil Facebook, vous pouvez en effet savoir quel style de vie mène l'intéressé, quelles sont ses préférences sexuelles, ses habitudes, ses goûts, sa religion, son idéologie... Autant d'informations très utiles au moment de recruter un employé, mais assez incommode à demander lors d'un entretien d'embauche.

Aller chercher directement ses recrues sur les réseaux

Les réseaux sociaux et professionnels ont tellement d'influence dans les signatures de contrats que certaines entreprises ne publient quasiment plus d'annonces. Elsa Izquierdo est consultante online de Boyden, une entreprise de "Headhunters" (Chasseurs de tête):

"Nous contactons directement les personnes sur les réseaux tels que Neurona, Xing ou Facebook. Cela nous est bien plus utile que de lancer une annonce sur Infojobs. Je dirais que dans 90% des cas, nous repérons les personnes en ligne. Nous regardons leurs profils professionnels et personnels, nous visitons les blogs et cela nous permet de savoir assez clairement si une personne nous intéresse."

Izquierdo conseille donc d'être plus prudent avec l'information que l'on met sur son profil:

"Il est important de bien choisir le réseau sur lequel tu vas t'inscrire, de t'interroger sur ce que tu souhaites en retirer, comment tu vas l'utiliser, comment l'utiliseront les autres et, surtout, d'être prudent avec les informations personnelles que tu donnes, bien compléter ton profil professionnel et filtrer les contacts que tu vas accepter."

 

Pour Puri Marroquin, directeur général de Quorum recruitment team, l'atout majeur de cette forme de recrutement est qu'elle permet d'obtenir des informations disctinctes de celles que l'on peut obtenir par d'autres canaux:

"Grâce à ces réseaux, vous pouvez contacter des gens qui ne vous auraient jamais envoyé un C.V., parce qu'ils ont déjà un emploi ou bien tout simplement parce qu'ils n'ont jamais pris connaissance de votre existence. En ce moment, nous essayons d'employer un architecte américain que nous avons rencontré grâce à un de ces réseaux. [...] Certains des plus talentueux employés que nous avons embauchés l'ont été après que nous ayons lu leurs blogs techniques, où ils démontraient avoir les qualités que nous recherchions"

Voici une liste des réseaux professionels et sociaux les plus utilisés par les entreprises pour débusquer de nouveaux talents: Nuerona (site espagnol), Xing, Linkedin, Facebook

A Cambridge aussi, on analyse les profils

Selon le journal anglais The Guardian, un des responsables des admissions à l'Université de Cambridge confessait qu'il regardait les profils Facebook des élèves qui sollicitaient une place à l'université. Aussi bien Cambridge qu'Oxford se définissent comme des universités qui admettent seulement les étudiants munis de très bons dossiers, avec d'excellentes aptitudes et qui donnent des raisons convaincantes de jouir du privilège d'étudier au sein d'un de ces campus.

Mais la curiosité d'en savoir davantage sur leurs futurs étudiants semble en avoir piqué plus d'un. La communauté estudiantine s'est déclarée outrée et a considéré comme une intrusion et une injustice le fait de tenir compte des informations disponibles sur les réseaux sociaux pour pratiquer une discrimination lors des admissions.

Traduction: Patrick Fraisse

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article